DOUAH, Mohamed (1954-2009)

Natif de 1954 à Meknès, Mohamed DOUAH nous a quittés prématurément et brutalement vers mi-février 2009. « Vers mi-février » car la dépouille de l’ inconnu mort, semble-t-il d’un arrêt cardiaque, en montant les marches d’un autobus à Kenitra, , n’a été identifiée que quelques( ?) jours plus tard. Lauréat de l’Ecole Nationale des Beaux Arts de Tétouan ( promotion 1992) , Il était « fait d'une matière rare : l’authenticité. C'était « à la fois sa force et sa faiblesse ». Mohamed Douah était un peintre véritablement atypique. Ses œuvres chargées de passion et animées d'une violence sourde n’arrivent pas à cacher que leur auteur n’était autre qu'un colosse dont la force débridée avait pour destinée de venir s’écraser, et périr, sur ses propres toiles. "Alors que la majorité des gens ne vivent leur vie que dans sa longueur et que, les plus chanceux, la vivent à la fois en longueur et en largeur, l’artiste Douah l’a vécue uniquement en largeur, souvent dans les excès. Il a vécu sa vie... "comme des artistes chevronnés dessinent, sans gommer, ou peignent sans retouches ni corrections… « Maintenant que son cœur et son corps reposent enfin en paix, son œuvre va sûrement se réveiller et peut-être prendre de la valeur. Comme d'autres grands artistes disparus, son œuvre profitera à presque tout le monde sauf à lui ... Maintenant qu’il n’est plus là « On parlera probablement beaucoup plus souvent de la peinture de Douah et, comme par magie, on appréciera un peu plus son travail. Faut-il que la vie d’un artiste soit une telle tragédie pour que son œuvre soit appréciée à sa juste valeur? » « Le décès d’un Douah en fait naître un autre. Douah «l’artiste» est mort, mais Douah «l’œuvre» vient juste de naître. En d’autres mots : Douah est mort, vive Douah ! » Inspiré et extrait d’un article signé Hamid Bouhioui, Aujourd’hui le Maroc du 01-03-2009 ----- Né en 1966, il s'éteint à l'age de 43ans dans des circonstances trés similaires à jilali Gharbaoui.De sa courte existence, il nous légue un trésor artistique qui reprend les traditions culturelles marocaines maintes fois peintes et reprise dans ces toiles et dont les plus connus sont les fameux fantasias. Ces titres de noblesses et la maitrise de son art il les acquiére aprés son pasdsage à la prestigieuse école des beaux arts de tétouan (dont il sort lauréat en 92) et son diplome en deux ans à la trés convoitée et élitiste école des beaux arts de Paris. Sa touche de pinceau est trés caractéristique et unique.(elle est admirée de tous ces collégues marocains et également de plusieurs galeristes parisiens notamment Mme Martin qui la suivie de son vivant à Paris et à Rabat...) Douah est un coeur génereux, aimé de tous, qui vit encore à travers ses chefs-d'oeuvres.