RACHDI, Mohamed

Sans nul doute Mohamed Rachdi avait-il implicitement exprimé, dans son travail récent Les rosaces du désir, qu'il lui importait de se relier aux pratiques traditionnelles des artisans de son pays. Et tout dans son œuvre montre également son intérêt pour les nouvelles technologies. Il réitère son geste, d'une certaine façon, en confiant son jardin personnel à un autre jardinier qu'est Abdellah Boukil qui va fixer sur la transparence du verre les figures de son désir. L'espace s'agrandit, la lumière cerne le motif, l'or du sable exprime le raffinement et le secret d'une histoire dont la pièce qui l'illustre n'est qu'un épisode qui la contient toute mais ne la limite pas à elle-même. N'est-ce pas l'une des forces de Mohamed Rachdi que cette capacité à moduler, à expérimenter à travers des formes diverses son univers poétique, à se relier et à se défaire entre mémoire et projection onirique ? Nicole de Pontcharra Marrakech-Puygiron mai 2010 Exposition "SABLE, écritures et empreintes" à la galerie Agora, Marrakech, vernissage le 05 Juin 2010 à partir de 19h